chateau de kergroadès Index du Forum
chateau de kergroadès Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

L'arrivée de Scarlett chez son fils
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    chateau de kergroadès Index du Forum -> chateau de kergroadès -> Entrée du château
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Rufus
Rufus

Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2010
Messages: 13

MessagePosté le: Sam 10 Avr - 18:12 (2010)    Sujet du message: L'arrivée de Scarlett chez son fils Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?


Rufus était resté là afin de surveiller qu'aucun des protagonistes n'iraient faire entrer celle qui ne le devait pas, à moins d'un contre-ordre. Planté comme ça dans la pénombre du soir, il aurait peut-être effrayé les enfants qui l'aurait pris pour un ogre, mais si les ogres avaient existé, ils auraient sans doute redouté tout autant cette silhouette immobile.
C'est alors que l'incroyable se produisit. Dans un sensationnel élan de courage, une personne autre que Lallie engagea la conversation avec l'ex-videur. Enfin, ce n'était pas tellement exceptionnel, au début, tout le monde tentait sa chance. La tenter une seconde fois... voilà qui était rare.

Humpf ! "Elle" approche. Passe la grille ? Non. Peut pas entrer. Tout va bien. Personne ne peut ouvrir. Tout va bien. La maitresse sera satisfaite. Grumph ? Qu'est ce qu'elle dit ? "Elle" parle à Rufus ?

Il est clair que la mère du Duc avait peu de chance de réussir alors que Rufus ne parlait pas un mot de sa langue. Le visage de celui-ci restait impassible ce qui compliquait la compréhension de celui-ci et dans l'autre sens, le géant ne cherchait pas vraiment à comprendre. Il laissa donc échapper à autre "grumpf" sonore que Lallie aurait pu interpréter. Non contente de parler la langue maternel de son serviteur, un lien étroit les unissait comme le cerveau dirige les membres, comme le maître fait connaître ses intentions à son chien sans un mot, quelque-chose de quasi-télépathique qui vaudrait sans aucun doute le bucher à la Renarde si jamais il avait fallu un prétexte de plus.

Romfl... "Elle" est bizarre. Rouge. Danger. Trop près de barrière. "Elle" ne doit pas rentrer. Grumpf du graomph... vraiment pas. La porte doit être vraiment très infranchissable.

C'est sur ce record de vocabulaire, qu'il s'approcha une nouvelle fois de la porte avec sa détermination habituelle, c'est à dire neutre. Il saisit encore les chaines et leur fit un nœud, puis un autre. A la fin, ce ne fut plus qu'un enchevêtrement tendu d'acier dans lequel était prisonnier un pauvre cadenas aussi cabossé qu'inaccessible. Il retourna à sa place, exactement à sa place et laissa échapper un petit "hop" enfantin qu'on pourrait prendre pour du contentement mais avec Rufus, qui peut savoir ?

_________________


Revenir en haut
La Renarde
Duchesse de Poudouvre
Duchesse de Poudouvre

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mar 2010
Messages: 2 529
Localisation: Partout où n'est pas sa belle-doche

MessagePosté le: Dim 11 Avr - 15:20 (2010)    Sujet du message: L'arrivée de Scarlett chez son fils Répondre en citant

Etendue, totalement inerte dans sa couche, la rouquine dormait à poing fermé. Devant cette passivité manifeste du corps, l’esprit lui faisait preuve d’une activité phénoménale : Elle rêvait. Et à quoi rêvait-elle justement ? Ceci est une autre histoire que je ne saurais compter tant les méandres de son intellect sont profonds, obscurs et personnels. En effet, le rêve est une chose intime que l’on se plait rarement à narrer. Il est le fruit de notre perception et de nos émotions. D’ailleurs souvent les mots nous manquent et l’on ne réussit que rarement à restituer ce que nous avons pu vivre une nuit durant. Celui-ci n’y faisait pas exception, et je me contenterais simplement de dire qu’il devait être doux et paisible, du moins en apparence.
 

Mais comme beaucoup de choses agréables, il arrive qu’elles prennent fin d’une manière plus ou moins brutale. C’était souvent le cas pour notre rouquine qui, depuis qu’elle avait Brivael à son service, se trouvait être dérangée dans les instants les plus reposants et les plus intenses de son quotidien. Comment s’expliquer cela ? Je ne saurais dire. Il est parfois des mystères de la vie que l’on ne peut résoudre, Brivael était tout simplement une empêcheuse de tournée en rond, sans que cette dernière en ait toutefois conscience. C’était là sa nature profonde et l’on ne change pas une nature, on la masque tout au plus. Inutile de préciser que la subtilité n’étant pas le fort de la belle servante, elle ne s’embêtait pas à dissimuler son omniprésente personnalité.
 

Cette nuit là, le doux rêve renardien prit fin de façon brusque et impromptue. Autant vous dire que passer d’une chose extrêmement agréable à une autre tout à fait désagréable, laisse un goût des plus amers dans la bouche. C’est comme passé de l’amour le plus profond à la haine la plus violente en l’espace d’un millième de seconde. C’est un réel retournement tant physique que mental. Ce fut d’abord un sursaut, lorsque la main fripée de la gouvernante vint secouer l’épaule de la rouquine pour la tirer de son sommeil et de son merveilleux songe, puis une voix rocailleuse et chevrotante qui tonna comme la foudre.
 

- Madame !
- …
- MADAME !
- Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !
 

Si son corps n’était pas encore ankylosé par le sommeil, sans doute aurait-elle bondit hors du lit prête à mordre l’infâme agresseur. Mais il n’en était rien, et elle se contenta de repousser des coudes, son « assassin », pour se débarrasser au plus vite de ce contact répugnant.
 

- NE ME TOUCHEZ PAS ! NE ME TOUCHEZ PAS !
- Madame, réveillez-vous, c’est moi vot’ Brivael !
- NE ME TOUCHEZ PAS ! NE ME TOUCHEZ PAAAAAAS !
 

L’autre main vint rejoindre la première que la nourrice avait posée sur l’épaule gauche afin de la maintenir immobile. La rouquine ne l’entendait pas de cette oreille et elle ne cessait de gesticuler pour se défaire de son emprise. Mais la belle Brivael avait encore de la poigne malgré son âge.
 

- Allons, allons sorcière que vous êtes, réveillez-vous ! La mère du Duc est coincée dehors par vos soins ! Canaille de maîtresse, vous n’avez pas honte !
 

Ces mots furent comme un seau d’eau froide, et son effet fut similaire, il l’a réveilla une bonne fois pour toute. Malheur à celle qui se trouvait à proximité, le dragon sortait de sa torpeur et il avait un appétit féroce. A quelle sauce l’antique servante serait-elle mangée ? Aigre-douce ? Safran et miel ? Crue ? Oui crue, un dragon au réveille aime à sentir le goût de la chair originelle. Pauvre Brivael si tu avais su, sans doute ne serais-tu pas venue.
 

- Toi !!!!!!! Rugit cette bête cruelle. Je sais que de moi tu médis l’an passé !
- Comment l’aurais-je pu faire si je n’étais pas arrivée !
- C’est donc ton frère !
- Je n’en ai point.
- C’est donc quelqu’un des tiens, car vous ne m’épargnez guère vous, vos bergers et vos chiens ! On me l’a dit il faut que je me venge !
 

Là-dessus le dragon se dresse et vient planter ses crocs dans la belle main ridée d’une Brivael qui ne comprenait rien à ce qui lui arrivait.
 

- OUAIIIILLE ! Mais elle est foooooleuh !
- Tais-toi belle bique ! J’faisais un merveilleux rêve et tu l’as gâché !
- Mais j’suis simplement venu vous prévenir !
- Tu pouvais très bien attendre demain matin, traîtresse ! La nuit est douce elle peut bien rester dehors !
- Oh mais si ça n’tenais qu’à moi, j’serais même pas venue, ça n’tourne plus rond là-haut M’dame !
- Comment oses-tu ! Impertinente que tu es !
- C’est un ordre du Duc !
 

Les yeux de la rouquine se tournèrent vers la place vide à ses côtés, elle en avait presque oublié le duc dans cette histoire. Il était donc sorti, par chance pour lui, sans doute à l’heure qu’il est serait-il devenu borgne après s’être prit un coup de coude dans la figure. Mais bien loin de se démonter et d’abdiquer fasse à la nourrice, elle poursuivit sur un ton cinglant
 

- Et rappelle-moi qui tu sers, pauvre sotte ?
- Le Duc.
- Oh ! Imbécile !
- Mais faudrait savoir ! Vous m’avez dis de lui obéir !
- ça ne te dispense pas de suivre mes ordres, espèce de cloche !
- Vous ne m’avez donné aucun ordre !
 

La rouquine lorgna silencieusement sa servante avant de se lever et de se draper dans sa fierté et accessoirement d’un par-dessus pour cacher ta toilette vraiment trop légère. Ni une, ni deux elle rejoint Rufus et le Duc au porte du domaine. Une brève « Bonsoir » aux personnes présentes, tandis qu’elle se dirigeait vers la masse énorme qu’était Rufus.
 

Scarlett s’était également approchée de la porte et tentait de faire la conversation au mastodonte. La pauvre, si elle savait comme c’était peine perdue. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres et elle lâcha d’une voix trainante :
 

- N’perdez pas votre temps avec lui, il ne comprend pas un mot de ce que vous lui dite…
 

Elle baragouina quelques mots à Rufus dans sa langue maternelle pour lui transcrire les paroles de la belle mère. Elle ne lui dirait pas d’ouvrir tout de suite, voulant profiter de cette situation cocasse qui avait chassé son sommeil.

_________________


Revenir en haut
Rufus
Rufus

Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2010
Messages: 13

MessagePosté le: Dim 11 Avr - 16:13 (2010)    Sujet du message: L'arrivée de Scarlett chez son fils Répondre en citant


Le visage de Rufus ne s'illumina pas davantage à l'arrivé de sa rousse maîtresse. Cela ne voulait pas dire qu'il n'était pas aussi heureux qu'un chien au retour de son maitre, simplement, il s'agissait de Rufus et non d'un chien. Si Lallie voulait qu'il manifeste sa joie, elle le lui demanderait et alors seulement, il exécuterait de la façon qu'elle voudrait.
Présentement, sa maîtresse souhaitait qu'il réponde à la femme en rouge coincée derrière la grille par ses soins. Évidemment ! Sans quoi, elle n'aurait pas pris la peine de lui traduire !

Belle soirée ? Hum. Ouvrir. GRUMPH ! Non. Jamais. La maitresse ne veut pas qu'on "Lui" ouvre. Elle est là. Ne pas la décevoir. double-groumph. ça non ! Répondre.

Sur ceci, il ouvrit la bouche choisissant ses mots avec soin parmi tout son vocabulaire surprenant.


Zogzog.


Il fallait entendre par là quelque-chose comme "Bonsoir madame, en effet, cette lune presque pleine est admirable et nous prodigue une bienfaisante lumière par cette douce nuit." en plus basique peut-être. Le soin de la traduction resterait pleinement entre les mains de Lallie bien sur, puisque la causette n'était pas le fort de cet homme fort.
Il ajouta quelques secondes passées:

Norf.


Il entendait bien sur par là " Non, je ne suis vraiment pas autorisé à vous obéir, et surtout pas pour aller à l'encontre des ordres de ma maîtresse qui sont de ne vous laisser rentrer sous aucun prétexte. Vous arrêter à tout prix, c'est à dire. Elle a aussi fait mention d'une catapulte mais seulement en cas d'urgence car celle-ci répugne à user des arbres environnant pour en construire une uniquement pour vous expédier au delà de l'horizon." ou tout autre chose, peut-être...

Bien entendu, pas une pointe de regret ou une quelconque autre émotion dans la voix ou le visage de cet hercule des temps modernes. Au bon vouloir de sa divine maitresse d'y mettre de l'ordre.

Grumph. Paré pour l'inspection. La maitresse est là. Les ordres sont respectés. Attendre.

Et il attendrait éternellement au cas où Scarlett resterait en dehors du château ou que sa maitresse l'oubliait.

_________________


Revenir en haut
Scarlett
Famille

Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2010
Messages: 54
Localisation: sur les talons de ma brue

MessagePosté le: Dim 11 Avr - 22:21 (2010)    Sujet du message: L'arrivée de Scarlett chez son fils Répondre en citant

La porte ne s'ouvrait pas. Pourtant il y avait du monde de l'autre côté de la grille ... Oui oui ! Plein de monde même. Scarlett n'en pouvait plus d'attendre, d'écouter geindre Thérèse et de voir Joseph aux petits soins de chevaux pour les faire patienter.

Qu'à celà ne tienne ! Nous allons faire de cette belle entrée un camp de romanichels ! Joseph, tendez la bâche entre les beaux chènes de l'allée ... Nous allons bivouquer ici ... et dormir. Demain il fera jour.

Ce genre de choses lui rappelait sa vie passée, quand elle avait fui Brest et son mari dément, abandonnant Grand_sage à Edmond. Pendant des années elle avait vécu de bric et de broc au grès des rencontres ... au grés de ses mariages ou autre accoquineries. Elle avait même dormi dans les fossés déjà ... L'allée de chênes du château constituait un lieu de choix pour Scarlett qui voyait en celà un petit bonheur supplémentaire : un moyen de plus d'embêter la rouquine !

Joseph, je veux, non, j'exige que vous déballiez toutes les affaires, je veux voir les marmites, les malles, les seaux et toutes nos affaires traîner partout ... Etalez tout ça ... qu'il y en ait partout ! Et n'oubliez pas de nous préparer un grand feu ... On ne va pas se geler en plus non ! Au beau milieu de l'allée hein, le feu !


Revenir en haut
Grand_sage
Duc d'Ouessant
Duc d'Ouessant

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mar 2010
Messages: 3 975
Localisation: Ouessant

MessagePosté le: Mar 13 Avr - 14:30 (2010)    Sujet du message: L'arrivée de Scarlett chez son fils Répondre en citant

Le Duc regarda Rufus s'attaquer au cadenas, puis s'acharner sur le cadenas. Complètement interloqué, il ne réagit pas immédiatement, ne reprenant une pleine possession de ses moyens que lorsqu'il entendit sa mère annoncer qu'elle allait camper dans l'allée.

- Non mais môman tu n'y penses pas une seconde quand même! C'est qu'on attend du monde bientôt! Il est hors de question que tu mettes le bazar sur le chemin enfin... On va trouver une solution!

Un GS pris au dépourvu ça n'existe pas. Toujours en mesure de trouver une solution aux épineux problèmes, il n'allait pas s'en laisser compter par une espèce de barbare décérébré comme Rufus. Il avait résisté à la bêtise congénitale d'un groupe de lézards pendant deux mois, il n'allait pas se laisser abuser par le serviteur de Lallie.

Se plantant devant le colosse renardesque, il le regarda d'un oeil sévère et s'adressa à lui.


- Ok... Je sais que tu ne me comprend pas quand je parle. Mais je pense que tu es en mesure de comprendre ce que veut dire l'oeil noir que je te jette. En gros, ça signifie: puisque tu as la force qu'il faut pour dézinguer le cadenas, tu as sans aucun doute la force suffisante pour m'arracher la chaine se situant autour du cadenas. Et c'est très exactement ce que tu vas faire. Sinon... panpan cucul! hein? Compris?
_________________


Revenir en haut
La Renarde
Duchesse de Poudouvre
Duchesse de Poudouvre

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mar 2010
Messages: 2 529
Localisation: Partout où n'est pas sa belle-doche

MessagePosté le: Jeu 15 Avr - 20:32 (2010)    Sujet du message: L'arrivée de Scarlett chez son fils Répondre en citant

Bras croisé elle avait regarder la belle folle s'installer. Non mais c'était pas possible ça, décidément elle n'avait aucune éducation. Dans les lieux où on sait que l'on n'est pas désiré, la bienséance voudrait qu'on se retire ne serait-ce que par fierté ! Hors manifestement de la fierté elle n'en avait pas. Plus scandalisée par les dégradations que cette mégère pouvait bien occasionner autour d'elle dans ce ravissant paysage, plutôt que par ce manque parfait d'éducation, elle s'insurgea et tout ceci en Gaélique et à l'adresse de Rufus, évidemment. En gros ça donnait à peu près ceci :

- Non mais qu'elle garce, elle n'a pas honte de polluer ainsi une si belle nature ! C'est le pompom puisque que je ne peux pas la tuer ou la faire disparaitre à jamais, ouvre lui donc, ne serait-ce que pour le salut de ces pauvres plantes ! Ouvre la porte et emmène là dans ses appartements... n'est pas peur d'être un peu rustre, bref fais à ton habitude mon lapin !

Oui et tout ceci en à peine une demi-seconde, la magie des langues !

_________________


Revenir en haut
Rufus
Rufus

Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2010
Messages: 13

MessagePosté le: Ven 16 Avr - 19:40 (2010)    Sujet du message: L'arrivée de Scarlett chez son fils Répondre en citant



Tiens, des ordres nouveaux. Qu'il comprend. Des instructions que la maîtresse prescrit. Ouvrir et l'emmener. Ce sera fait fait. Il acquiesce. Il s'exécute.

Évidemment, Rufus n'est traversé d'aucune émotion quand au surnom "mon lapin", il ne rougit donc pas et ne fut pas emplie de joie à l'idée d'agir selon sa coutume, c'est à dire fort peu délicatement. Aucun commentaire ne traversa sa tête qui aurait pu être faite de chêne à propos des préoccupations de Lallie, dignes des elfes des contes.
Rufus s'avança donc, une fois de plus et il retira le cadenas du portail comme on le lui avait doublement demandé la seconde fois plus gentiment que la première. Oui, il retira simplement cet ouvrage d'acier. "Simplement" pour lui, c'est à dire qu'il semblait que le métal lui même c'était résolu à se briser et n'avait alors opposé aucune résistance. Il avait donc suffit à Rufus de tirer dessus pour que la chaîne tombe à terre, serpent métallique vaincu et mort.
Cela fait, il sortit chercher Scarlett, comme l'avait demandé la Renarde. Arrivé devant elle en quelques pas, il lui teint à peu près ce langage.


Grumph. Hop. Vite.


Rufus n'était pas une fontaine de beaux mots, ni un bel oiseau volubile. Hélas. On ordonnait, il exécutait. N'empêche qu'on aurait pu comprendre par là un "Attention, ma Dame, ça va secouer un peu. Accrochez vous à ce que vous pouvez, retenez votre perruque si vous en avez une et inutile de crier, ça ne prendra pas longtemps, je le promet." barbare et primitif.
Là dessus, ni une ni deux, il embarqua la maman sous le bras comme on transporte un sac à patates rouge et surtout, aussi délicatement.

Première partie accomplie. Rufus se dirige vers "ses appartements". Oups. Grumph. Niark !! Il ignore où est la destination. Il avise le château. Gnnnn ! Pas les appartements de la maîtresse, hein. Bon.

Sa décision est prise, alors une armée de dieux en colère ne pourrait pas le ralentir. Son colis fermement tenu par la taille, il dépassa le Duc sans broncher, de même que Lallie. A son allure de géant, il fut vite arrivé au perron et il y déposa "Elle". Puis, il retourna sagement auprès de sa maitresse. Grumph.

_________________


Revenir en haut
Scarlett
Famille

Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2010
Messages: 54
Localisation: sur les talons de ma brue

MessagePosté le: Sam 1 Mai - 16:40 (2010)    Sujet du message: L'arrivée de Scarlett chez son fils Répondre en citant

Arrrffffff Rufus ! Vous me transportez ... de joie ! Mais un peu de douceur que diable ! je vous apprendrai, moi, à parler aux femmes !!!

Assez contente de son petit effet, elle était passée devant GS et Lallie en riant

Les enfants, sachez-le, le bordel ça marche toujours !

Une fois posée à terre le plus délicatement qu'il était possible à Rufus, Scarlett se tourna vers son porteur, lui souria et lui déposa un bisou sur le bout du nez.

Merci Rufus !

Puis se tournant vers Thérèse et Joseph qui suivaient en courant à petit pas, comme souvent les personnes de petite condition, Scarlett ordonna :

Bon, on a fini de rire .... remettez moi l'allée en parfait état .... et vite !

Les invités commencent à arriver ... Il n'est pas question une seule seconde qu'on prenne mon fils et ma .... comment dit-on déjà ???? Brue ???? pour des souillons !

Elle regardait les appartements qui lui étaient réservés ... qu'allait on faire de ça ? hum, pour l'instant, s'habillait, se préparer .... Demain est un autre jour .... Pour le moment, le mariage !


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:24 (2017)    Sujet du message: L'arrivée de Scarlett chez son fils

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    chateau de kergroadès Index du Forum -> chateau de kergroadès -> Entrée du château Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com