chateau de kergroadès Index du Forum
chateau de kergroadès Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Quand l'eleve est pret, le maitre apparait

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    chateau de kergroadès Index du Forum -> chateau de kergroadès -> Entrée du château
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Severin
Précepteur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Juin 2011
Messages: 5

MessagePosté le: Mer 8 Juin - 23:18 (2011)    Sujet du message: Quand l'eleve est pret, le maitre apparait Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Le renart était pale et avait des sueurs froides. 
Si la route jusqu'aux portes de la Bretagne avait été relativement bonne, les cahotis du sol rocailleux breton avaient fini de mettre a mal un estomac fragile et vide puisqu'incapable de contenir toute nourriture. 


Il avait laissé la fenêtre du coche ouverte laissant entrer une brise fraîche, un peu trop fraîche pour ne par lui faire craindre un refroidissement fatal. 


Pourtant, le mélancolique ne se faisait pas une mauvaise opinion du pays qui l’hébergerait quelques temps. Au contraire, il appreciait presque la rudesse des pauysages qui defilaient sous son regard mélancolique, ce dépouillement presque misérable et pourtant si fier, et lorsque ses oreilles perçurent les premières bribes du langage breton, il finit de penser que cette terre recelait nombre de surprises qu'il lui tarderait dans sa soif inextinguible de connaissances de découvrir. 


Il réclama cependant une halte dans une auberge a Fougère tandis que son Valet se chargeait de prendre suffisamment de renseignement pour trouver la demeure de la duchesse, mère de la jeune fille qui deviendrait son élève. 


Jusqu’à présent le bourguignon avait étudié pour lui même sans jamais pensé a partager, et alors qu'il avait frolé une mort qui aurait rendu son existence vaine, il avait pris un certain nombre de décisions. 
De plus il fallait également gagner sa vie, l’héritage de ses parents n’était pas infini. 




C'est donc légèrement requinqué que le jeune homme prit la route de Ouessant dans la périphérie de laquelle se dessinait au travers d'une legere brune, le chateau de sa future employeuse. 


Le temps lui semblait se rallonger étrangement et tout semblait floconneux. 
Peut etre aurait il du s'abstenir de ce verre de vin a jeun qui ne faisait qu'accentuer son mal de coeur, alors qu'il lui semblait que le chateau se trouva en haut d'une pente qui lui semblait plus raide qu'elle ne devait réellement l'être.


Enfin la voiture s'arreta. 
Et le renard porta un mouchoir a son visage pour mieux s’éponger le front. 
Alors qu'il se redonnait un peu de contenance, laissant a son corps le temps de trouver un point de gravité qui l’empêcherait de s'effondrer une fois un pied dehors, il fit un signe de la main au travers de la fenetre indiquant a son valet de le faire annoncer. 


Il ne vit pas Maturin se diriger vers le gué... Il n'entendit que sa voix pleine d'assurance le présenter. 


 - Veuillez annoncer a sa grace la duchesse, Messire Severin Anatole de Volvent, precepteur...


Precepteur... Le melancolique ferma un instant les yeux priant pour que l'enfant a qui il enseignerait soit conciliante et spirituelle.
_________________


Revenir en haut
MSN
La Renarde
Duchesse de Poudouvre
Duchesse de Poudouvre

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mar 2010
Messages: 2 529
Localisation: Partout où n'est pas sa belle-doche

MessagePosté le: Jeu 9 Juin - 11:32 (2011)    Sujet du message: Quand l'eleve est pret, le maitre apparait Répondre en citant

[La garde]

Les rires gras s'élevaient tandis que raisonnait le bruit des choppes de cervoise que l'on entrechoquait avec entrain et bonne humeur. Les gardes de Kergroadez, dans ce pays à la toute fin du monde, songeaient probablement dans leurs pensées qu'ils pourraient boire impunément tant les visites se faisaient rares ces temps derniers. Aussi négligeaient-ils leur office en s'adonnant aux plaisirs de la boisson durant leurs heures de service. Piètre spectacle que celui-ci pour quiconque s'aventurerait dans les parages.

Et pourtant, un petit équipage s'approcha et les gardes pris sur le fait, se redressèrent immédiatement laissant à terre les choppes qu'un peu plus tôt ils s'apprêtaient à vider.
L'un d'eux se démarqua du groupe et s'avança vers la voiture. Un homme en sortit, à sa mise il ne devait être qu'un serviteur. Son accent n'était en rien celui d'un breton du pays, et le garde laissa poindre un sourire qui mit en évidence sa bouche édentée et les quelques dents cariées qui lui restait. Ce fut non pas un sourire chaleureux, mais d'avantage un sourire moqueur. Dans cette vieille Bretagne, au cœur de rien, loin de tout, les marques des guerres passées étaient encore bien présentes. Des plaies, bien que cicatrisées, elles étaient vilaines boursoufflées et amères. Le breton avait la rancune tenace et l'orgueil démesuré, la venue d'un françois achevait de renforcer ce caractère déjà bien prononcé.

Malgré cela, il fallait bien que ces hommes fassent leur travail. Il s'agissait du précepteur que leur maîtresse avait fait mander, s'ils désapprouvaient son choix, ils ne pouvaient toutefois s'y opposer. Aussi le premier garde fit-il un signe de la main à l'un de ses compères pour qu'il aille informer qui de droit. Le second garde s'exécuta aussitôt, pour le coup ils ne manqueraient pas de faire du zèle pour vérifier l'identité de cet étranger.

_________________


Revenir en haut
Brivael
Gens de maison

Hors ligne

Inscrit le: 02 Avr 2010
Messages: 13

MessagePosté le: Jeu 9 Juin - 12:26 (2011)    Sujet du message: Quand l'eleve est pret, le maitre apparait Répondre en citant

Elle claudiquait sur les pavés de la cour la vieille, en maugréant quelques insanités de son cru. Quelle vie ! Ma Doué quelle vie ! La gestion du château et des domestiques, réparer les erreurs des servantes écervelées, veiller à ce que les cuisines soient approvisionnées, les repas servis dans les délais, diriger les jardiniers, superviser les nourrices et... Accessoirement, accueillir les visiteurs en l'absence de l'intendant ducal. Dans une journée type, Brivael n'avait pas un moment à elle, c'était sans compter qu'il lui fallait aussi essuyer les tempêtes de sa maîtresse et consoler ces coups de mou. être à la solde d'une telle famille n'avait rien d'une sinécure et à l'aube de son soixante-deuxième anniversaire, Brivael songeait à sa petite retraite auprès de ses propres enfants.

Mais l'heure n'était plus aux rêveries, elle pressa le pas vers la grande porte, ces imbéciles de soudards qui ne voulaient pas laisser entrer le nouveau précepteur au motif qu'ils n'avaient pas été prévenus de son arrivée, acheva de la mettre en colère. Quand elle fut au niveau de ce ramassis d'incompétents elle leur lâcha un de ces fameux jurons.


- Paotr ar yod !C'comme çaqu'on reçoit les invités de sa Grâce ? Morjin ! Ouvrez les portes bougres d'ânes, ouvrez  !


Sans plus attendre la vieille servante se dirigea vers la le valet et avisa un regard dans la voiture.

- Veuillez pardonner ces ignares, la politesse n'est pas l'appanage des ces soudards mal embouchés. Faites rentrer votre voiture dans la cour, un palefrenier la prendra en charge et conduira vos chevaux à l'écurie où ils seront nourris et délassés. J'imagine que vous avez du faire un long voyage et que vous êtes exténués, ma maîtresse attend votre maître dans le petit salon où il a été annoncé.

Les portes s'étaient ouvertes pour laisser passer l'équipage.




_________________
Au service de sa Maîtresse


Revenir en haut
enora_ap_Maelweg
Famille

Hors ligne

Inscrit le: 09 Juin 2011
Messages: 3
Localisation: a definir

MessagePosté le: Jeu 9 Juin - 18:23 (2011)    Sujet du message: Quand l'eleve est pret, le maitre apparait Répondre en citant

{Quelques semaines auparavant....dans un comté fort fort fort lointain...}

Le printemps était là, pourtant cette nuit, alors que la petite marchait, le ciel était lourd de nuage et la lune peinait a apparaitre.
Emmitouflée dans sa cape de laine, le vent venait faire battre contre ses mollets chétif, sa robe épaisse et la déstabilisait quelque peu.
Ils avaient emprunté un chemin sinueux le long de la cote normande avant d'atteindre la plage déserte. La mer était noire et mouvementée, un peu comme les pensées d'Enora en ce jour funeste.
Sa mère n'était plus, elle allait rejoindre le Sidh.

Tenant contre elle, la statuette de Arianrhod, qu'elle déposerait sur le corps de sa mère, elle retenait ses larmes. après cet événement elle quitterait ses terres qui l’avait vu naitre pour un autre comté inconnu et ira vivre auprès de gens dont elle ne connaissait que le nom.

L'homme fit son office et elle l'écoutait à peine, tout a sa tristesse de  sa mère disparut. Une étreinte sur son épaule lui fit comprendre qu'elle devait déposer le présent. avançant machinalement, elle regarda pour la dernière fois le visage de celle qui fut tout. On aurait pu la croire endormit, si belle, les yeux clos.

Une lettre était partie quelques temps auparavant :



 
Citation:
A toi ma sœur

Je sais que nos rapports furent houleux après le décès de notre mère, toute fois, je sens que la vie me quitte et je viens te demander une dernière faveur.
J'ai une fille, Enora qui se retrouvera seule, son père...ayant quitté le foyer fort tôt.
Je te demande de bien vouloir en prendre la charge. tu es, malgré nos différent, la seule en qui je puis avoir confiance.
Pardonnes mon peu éloquence, je me fais violence pour t'écrire de ma main ces quelques mots.

Pardonnes moi...

                                                   Melen ap Maëlweg

{ Aujourd'hui.....}


Groumph.....c'est encore loin? Grommelais je en me tortillant sur mon siège. Non parce que c'est pas tout ça mais c'est pas très confortable et pis j'ai mal aux jambes moi.
Regard à l'homme qui m'escorte et qui me fais tourner la tête de suite, boudiou il a pas l'air aimable celui là...des jours que l'on voyage, et pas un mot il a décoché à part...descendez...montez...mangez...
Au moins le paysage est joli, quoique, ma Normandie me manque, la Bretagne c'est bien mais cela semble plus austère et pis cette tante, je ne la connais pas, pourquoi maman m'y envois t'elle?
Petit soupir, légèrement appuyé pour faire comprendre mon ennui et je retourne à ma contemplation à travers la fenêtre. Y a qu'une chose qui me fais plaisir dans tout cela, il parait que j'ai une cousine, au moins je ne serais pas seule, pis qui sait il y aura peut être un bois ou aller jouer?

Préparez vous! lança l'homme. Je me retournais surprise vers lui, mazette, il savait dire autre chose? me penchant par la fenêtre j’aperçus les grilles d'un domaine qui apparaissait, je remis donc en place quelques mèches rebelles et lissait ma robe, entre impatience et nervosité. mes bagages ne prenaient guère de place, cela ne prendrait que peu de temps à les descendre.

Nous arrivâmes enfin, un autre coche était là aussi. J'essayais de voir d’où il venait mais bien évidemment je ne le devinais pas.

L'homme sortit et me dis d'attendre là.


Ola! la nièce de ma dame est arrivée, Enora ap maëlweg. Merci de nous conduire auprès d'elle si possible.


Revenir en haut
Maturin
Précepteur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Juin 2011
Messages: 1
Localisation: Aupres de son Maitre

MessagePosté le: Sam 11 Juin - 19:13 (2011)    Sujet du message: Quand l'eleve est pret, le maitre apparait Répondre en citant

Bien que jovial d'habitude, je constatai rapidement au regard des gardes sans empressement que nous n'etions pas forcement les bienvenus dans ce pays.
Si mon maitre ne connaissait pas la Bretagne, je n'avais osé lui dire que moi si.
J'avais encore en souvenir les coups de bottes qui avaient marqué mon séant et les insultes en cette langue barbare qui avaient fini de me faire partir au plus vite.
Elle s'appellait Nolwenn. Rien de bien original direz vous, si ce n'etait cette paire insolente de seins et ces levres mutines a vous en faire oublier que vous n'êtes pour les gens d'ici qu'un vulgaire français tout juste bon a essuyer la rancoeur d'un peuple independantiste et patriote.
Pourtant s'il est une chose dont je fus reconnaissant a ces braves hommes de Bretagne, c'est le lavage de cerveau qu'ils avaient reussi a opérer sur moi car alors que je m'enfuyais, je n'avais plus eu une pensée pour la gourgandine qui pensait certainement mieux pouvoir me dépouiller une fois dans son pays...

Mais revenons donc a nos menhirs.
Sans se debiner face a l'air peu avenant, j'annonçais mon maitre, insistant sur le fait que nous étions attendus et laissant entendre que mon maitre avait grand besoin de repos ce qui était totalement vrai a en croire la face de linge qu'il affichait.

Je fis savoir a mon maitre que l'on nous ouvrirait bientot, pourtant l'attente me parut interminable jusqu'a ce que cette brave femme arrive.

- Veuillez pardonner ces ignares, la politesse n'est pas l'appanage des ces soudards mal embouchés. Faites rentrer votre voiture dans la cour, un palefrenier la prendra en charge et conduira vos chevaux à l'écurie où ils seront nourris et délassés. J'imagine que vous avez du faire un long voyage et que vous êtes exténués, ma maîtresse attend votre maître dans le petit salon où il a été annoncé.

 
J'abandonnais enfin un large sourire en m'inclinant respectueusement. 

- Merci ma bonne Femme. Mon maitre est épuisé en effet, un peu de repos ne serait pas de refus.

Je m'empressais d'informer a mon maitre qu'il aurait un entretien a peine arrivé ce qui semble t'il lui arracha une grimace.
Et en adressant un sourire narquois aux gardes, je m'installais aupres de Petit Jean qui faisait entrer la voiture dans la cour.
En descendant, j'ouvris la porte a mon maitre, en tendant mon bras, savait on jamais quel effet avaient eu les cotes raides de la route.
Il me tardait de voir la maitresse des lieux, et surtout, il me tardait de savoir si sa mesnie comptait de jeunes et jolies servantes a pervertir.


_________________


Revenir en haut
Brivael
Gens de maison

Hors ligne

Inscrit le: 02 Avr 2010
Messages: 13

MessagePosté le: Mer 15 Juin - 12:35 (2011)    Sujet du message: Quand l'eleve est pret, le maitre apparait Répondre en citant

Alors qu'elle s'apprêtait à conduire valet et précepteur à sa maîtresse, Brivael vit s'arrêter une nouvelle voiture, d'un moins bel équipage, certes. Curieuse, la vieille femme s'arrêta et plissa les yeux pour distinguer au travers de la vitre un visage. Elle n'attendait plus personne, du moins pas à cette heure. Un homme sortit de la voiture et expliqua les raisons de sa venue. Les yeux de vielle Brivael s'écarquillèrent et elle se précipita vers l'attelage, en ouvrit la portière et en sortit l'enfant.


- Ma Doue ! Je n'attendais pas Mademoiselle la nièce de Ma Dame si tôt ! Sortez, sortez mon enfant que je vous vois à la lumière du jour.


La petite était blonde, de belles boucles bien qu'emmêlées dans ses cheveux, ses joues étaient roses, signe d'une santé excellente mais sa mise était tout bonnement catastrophique. La vielle femme poussa un petit cri de stupeur.

- Gast ! Vous ne pouvez pas vous présenter devant votre Tante dans cet état, se serait criminel.... Non non, vous ne pouvez pas, il va falloir que je vous conduise d'abord dans vos appartements.

Avisant ensuite le précepteur et son valet. Elle tendit l'enfant à l'une des servantes qui passait par là.


- Laissez-moi d'abord vous conduire jusqu'au petit salon.

Puis à la servante.


- Quant à toi, conduit cette demoiselle jusque chez elle et fait chauffer de l'eau pour le baquet, j'arrive tout de suite.

_________________
Au service de sa Maîtresse


Revenir en haut
Severin
Précepteur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Juin 2011
Messages: 5

MessagePosté le: Jeu 16 Juin - 12:43 (2011)    Sujet du message: Quand l'eleve est pret, le maitre apparait Répondre en citant

Le renart n'accorda aucune attention a Maturin, trop occupé a lutter contre un mal de coeur violent. 
Plusieurs fois sur la route il avait du s'arreter.
En plus d'etre frais, l'air breton avait la particularité d'etre chargé en sels, ce qui n'arrangeait pas vraiment l'état du français. 
Il attendit que la voiture eut stoppé completement pour oser un pied sur la dalle pierreuse de la cour. 
Un pied qui se fit long et ferme, le temps pour le reste du corps de suivre. 


L'ai plus sombre qu'indifferent, il avisa la servante qui les conduirait aupres de la maitresse des lieux. 
Tout comme la jeune enfant qui les suivait, le bourguignon aurait apprécié une halte rafraichissante et reposante, mais soit il n'allait pas faire de caprices a peine arrivé.


Aussi se contenta t'il d'un hochement de tete en suivant la servante, esperant ne pas trop avoir a parler. 
_________________


Revenir en haut
MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:23 (2017)    Sujet du message: Quand l'eleve est pret, le maitre apparait

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    chateau de kergroadès Index du Forum -> chateau de kergroadès -> Entrée du château Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com