chateau de kergroadès Index du Forum
chateau de kergroadès Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

[Rp] – Une rencontre : Première partie/ l’Arrivée

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    chateau de kergroadès Index du Forum -> chateau de kergroadès -> Entrée du château
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Tuale


Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2010
Messages: 4

MessagePosté le: Jeu 15 Avr - 20:21 (2010)    Sujet du message: [Rp] – Une rencontre : Première partie/ l’Arrivée Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Citation:
 Un fiacre tiré par quatre vigoureux chevaux remontait en cahotant l’allée des chênes. J’étais à l’intérieur en compagnie de ma nourrice et de mon frère. Accoudée contre le bord de la fenêtre, unique source de lumière et de distraction, je ne bronchais pas, trop absorbée dans la contemplation du paysage qui défilait sous mes yeux. . Eachan aussi était silencieux, bercé sans doute par les ronflements de l’auguste Brivael.

- Tu dors ? Finis-je par lui dire, rompant ainsi le silence qui s’était installé. La belle femme eut un soubresaut qui réveilla mon frère sur ses genoux, tandis qu’une parole difficilement marmonnée s’échappait de sa bouche pâteuse.
J’abandonnais le rebord de la fenêtre pour venir me presser contre son épaule et ma main ne tarda pas à venir se glisser dans la sienne. J’aimais le contact râpeux empreint de vieillesse et d’histoire.


- Dis, ça veut dire quoi ton prénom en breton ? Lui murmurais-je près de son oreille.
-  Humpf, grumph, je ne sais pas…Princesse je crois. Sa réponse me fit rire.
- Si tu étais une vraie princesse, tu aurais une couronne ! Répondis-je vivement.
- Boh tu sais, c’est pour ne pas que l’on me reconnaisse… Me dit-elle.
- Et tu sais ce que le mien veut dire ? Poursuivis-je d’une voix plus claire.
- Je n’en ai aucune idée. Fit-elle en baillant d’une manière fort disgracieuse.
- Cela veut dire Sagesse, Raison et Intelligence. C’est Père qui me l’a donné. Et tu sais c’est quoi la signification du prénom d’Eachan ? La questionnais-je de nouveau.
- Je l’ignore… Grogna-t-elle sans doute lasse de cet interrogatoire futile.
- C’est parce que ce n’est pas breton ! Rétorquais-je victorieusement. J’étais si fière de savoir quelque chose qu’elle semblait ignorer, que j’en gesticulais sur mon siège en attendant qu’elle me réclame la traduction. Elle ne le fit pas. Aussi, devant son mutisme résolu, je décidais de continuer quand même cette discussion devenue un monologue.
- C’est du gaélique du pays de Mère et ça veut dire « cavalier ». Je la regardais continuer de se taire et puisque manifestement elle ne voulait pas parler, je poursuivais.
- Mère l’a choisi pour rendre hommage à Ogma et Epona… Commençais-je.
- Foutaise et diablerie ! Me répondit sèchement Brivael.
- Moi aussi je trouve ça bête, il ne sait même pas monter à cheval. Fis-je sans comprendre son emportement.
- C’est parce qu’il est trop petit, il apprendra quand il sera plus grand.


Je regardais dubitative mon frère, quasi certaine qu’il ne changerait pas de taille. Aussi loin que je pouvais me souvenir, je n’avais jamais été aussi ridiculement petite. Convaincue qu’il resterait un enfançon pour le restant de ses jours, j’optais pour l’hypothèse d’une très grave maladie. Même les onguents de Mère, n’y pourraient rien changer. Je sentis le regard pesant de ma belle nourrice sur moi.


- Tu sais, un jour il sera sûrement plus grand que toi ! Avait-elle lu dans mes pensées ? Je serrais les poings avec fierté et répliquais furieuse et vexée :
- C’est impossible ! Tu mens ! Je serais toujours la plus grande ! Ce n’est pas ce ridicule bigorneau qui en décidera autrement !
- Du calme petite maîtresse, j’ai déjà bien assez de ta mère comme furie pour que tu t’y mettes aussi. Avait-elle dit en cachant bien mal son hilarité. Le rouge m’était monté aux joue, les embuée, j’avais envie de pleurer. Cependant, je me garderai bien de le faire devant elle, j’étais Tualenn Uath-ap Maëlweg ! Je croisais donc les bras en me décollant de ma belle voisine, quand le fiacre s’arrêta. Je n’avais pas remarqué que nous étions arrivés et comme pour confirmer ce que je pensais, Brivael murmura :


- Nous sommes arrivé.


Ma réaction ne se fit pas attendre, je me dressais sur mes jambes ankylosées par trop d’inactivité, et ouvrais la portière avant de sauter à tort. Un épais mur d’enceinte nous barrait la route et une lourde et grande porte de bois clouté renforçait mon sentiment d’être finalement minuscule. Je n’aimais déjà pas l’endroit de l’extérieur et sûrement encore moins ce que je pourrais y trouver à l’intérieur.


- Pourquoi est-ce qu’on vient là ? Demandais-je d’un air maussade. Brivael venait de descendre du fiacre, Eachan dans ses bras et donnait quelques instructions au cocher. Je connaissais bien évidemment la réponse à ma question, mais naïvement je me disais qu’elle pourrait bien changer à force. Je regardais ma belle nourrice jacter sans même me prêter attention quand une chose, soudain, attira mon attention. Une flaque boueuse à souhait me faisait de l’œil ; Voilà de quoi tromper mon ennui et mon appréhension. J’y courrais avant d’y sauter à pied joint en m’esclaffant joyeusement. Mes éclats ne tardèrent pas à mettre la puce à l’oreille de mon garde fou, qui se rua vers moi aussi vite que sa carcasse le permettait : c'est-à-dire très lentement.


- Petite fille sale, n’as-tu pas honte ?! Hurla Brivael lorsqu’elle arriva à mon niveau. Se saisissant de mon bras d’une main, alors que l’autre soutenait mon frère, elle me tira bien loin de ma nouvelle attraction.


- Te voilà propre ! Ah attends que ta mère te voit, tu vas l’entendre et moi avec ! Elle relâcha la pression que sa main exerçait sur son bras. Je n’osais plus moufeter, une Brivael en colère était un spectacle assez déroutant. Les pends de ma robe étaient désormais tout maculés de boue. J’avais gâté ma plus belle toilette et je n’en éprouvais aucun remord. Mère pourrait bien dire ce qu’elle voudrait, je m’en fichais royalement. Il était hors de question que sois belle pour lui.


Brivael, après m’avoir lancé son regard le plus incendiaire, j’adoptais un air faussement repenti et lui saisissait rapidement la main. Elle ne tarda pas à fondre et se contenta de marmonner entre ses dents :


- Gast, tu m’en fais voir de toutes les couleurs, si tu pouvais tirer un peu de ton père par moment, tu me causerai moins de soucis. Cette remarque me fendit le cœur et les larmes que j’avais jusque là contenues se mirent à ruisseler sur mon visage. Fort heureusement, ma nourrice ne le remarqua pas et lança d’une voix forte :


- Ola ! Ouvrez donc ! Je suis de la maison et voici venir les enfants de ma maîtresse ! Ouvrez que diable on se les gèle ici !




_________________


Revenir en haut
Grand_sage
Duc d'Ouessant
Duc d'Ouessant

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mar 2010
Messages: 3 975
Localisation: Ouessant

MessagePosté le: Sam 17 Avr - 11:52 (2010)    Sujet du message: [Rp] – Une rencontre : Première partie/ l’Arrivée Répondre en citant

[Dans le bureau du Duc quelques minutes avant]

Le Duc tournait en rond dans l'espace clos de son bureau. Il faisait les cent pas, parcourant la pièce de long en large, les mains jointes dans son dos, l'air soucieux. Son valet, page, secrétaire - il ne savait plus trop quels étaient les contours officiels de sa tâche à force - était là, dans un coin, à le regarder ainsi s'agiter sans bien savoir quoi faire pour l'aider à mettre un terme à l'angoisse qui semblait être la sienne. Il aurait bien tenté de faire un jeu de mot, une blague creuse, dans le genre de celles que le Duc lui même - friand de ce genre d'exercice verbal ludique - était capable d'inventer. Mais il ne s'y risquerait pas, sentant que son maître était ce jour très hermétique à quelque sorte d'humour qui soit.

Alors il ne disait rien, se contentant de rester là, planté debout comme un épouvantail dans un champ, espérant simplement que l'attente interminable source de ce stress sans nom se termine.

Car le Duc attendait. Il attendait depuis maintenant quelques heures. Il attendait une arrivée, un évènement important, très important même. Une de ces rencontres qui sont essentielles et dont on sait d'avance que le premier contact est le plus important car selon l'impression laissée, les conséquences sur le long terme en seront elles mêmes très importantes. Tu n'as pas le droit de te louper se répètait-il songeusement depuis des jours. Depuis le moment même où Lallie lui avait annoncé qu'elle était décidée à lui présenter ses deux enfants.

Cette annonce l'avait réjoui. Il attendait ce moment depuis un temps certain. S'il comprenait que sa chère et tendre souhaite prendre son temps et laisser passer un peu de temps avant que de faire les présentations officielles entre ses deux enfants et celui qui désormais partageait sa vie, il savait aussi que trop attendre pouvait être risqué. Car il ne fallait pas sous-estimer la capacité de compréhension des enfants, même jeunes. Leur capacité à sentir les choses à défaut de bien les appréhender et les comprendre.

Lesdits enfants savaient très bien que leur jeune mère voyait quelqu'un. Et que ce qui se passait avec ce quelqu'un était sérieux. Ils avaient sans aucun doute eu tout le loisir et le temps de se faire des idées à ce sujet là. Il fallait à tout prix éviter que ces idées, peut-être fausses, ne s'ancrent trop dans leur esprit au risque que l'on n'arrive plus à les en dissuader. Raison pour laquelle, au delà de la joie et de l'excitation qui étaient sienne depuis l'annonce faite, le stress et l'angoisse s'étaient tour à tour mêlés et avaient insidieusement pris le dessus.

La veille encore il s'en était ouvert au jeune Alex, lors d'une petite promenade dans les jardins du château. Ils vont sûrement m'en vouloir de prendre la place de leur père avait-il lâché. C'était là sa crainte la plus grande. Il n'avait nullement cette prétention là, bien qu'il était tout naturellement décidé à aimer et protéger ces enfants comme s'ils étaient les siens. Mais il savait faire la différence et n'avait pas l'intention de se prendre pour leur père. Mais il ne pourrait pas éviter qu'ils pensent ça de lui et cela l'effrayait.

Il se feront à l'idée ne vous inquiétez pas lui avait répondu Alex. Vous n'êtes pas leur père, ils le savent et vous le savez. Ne commettez pas l'erreur de vous prendre pour lui et avec le temps la confiance s'installera et tout se passera bien... C'était facile à dire, simple à croire mais malgré tout la crainte était là. Crainte de se voir rejeté, de se voir detesté pour ça. Et il n'arrivait pas à se départir de cette crainte. Soyez naturel et tout se passera bien avait finalement ajouté son secrétaire. Là encore, très facile à dire. Moins à faire.

Il repensait à tout cela, sans cesser ses allées et venues frénétiques lorsque l'on vint frapper à la porte. Sursaut ducal tandis qu'Alex se rendit à la porte pour voir de quoi il retournait. Juste un garde qui glissa quelques mots à l'oreille du serviteur du Duc non sans jeter un oeil curieux vers le maitre des lieux. L'échange fut bref et la porte bientôt refermée. Puis Alex rompit le silence étouffant du bureau:


- Le messager que vous avez envoyé à Brest est revenu. Le Père Colateur fournira le chouchen pour le mariage, au prix habituel. C'est réglé.

C'était donc juste cela. Juste le retour d'un messager envoyé chez son fournisseur officiel de Chouchen brestois... Il allait échapper un grognement de frustration quand Alex poursuivit

- Et ledit messager a dépassé une voiture à la sortie de Brelès. La voiture prenait la direction du château. A son bord, il a reconnu Brivael...

Arrêt net du Duc. Puis regard presque affolé vers le jeune valet signifiant très clairement: je suis dépassé et perdu, je dois faire quoi là? Comprenant la panique ducale, Alex ajouta simplement

- Vous devriez peut-être aller les accueillir non?


[Entrée du château, maintenant]

Le Duc ordonnait qu'on ouvre la lourde porte au moment même où Tualenn sauta à pied joint dans une flaque d'eau, s'éclaboussant de boue elle et tout ce qui se trouvait à deux mètres à la ronde. Depuis le haut du mur d'enceinte, Grand_sage avait suivi discrètement l'arrivée de la voiture et les arrivants. Tandis que Brivael s'empressait de sermonner la jeune demoiselle, il sourit en se disant que la vieilles ne devait pas rigoler tous les jours à s'occuper de jeunes enfants comme ça.

Il fit un pas en arrière et alors que la porte s'ouvrait, emprunta l'escalier de garde qui se trouvait à côté et descendit jusqu'à l'entrée.

- Alex, préviens Lallie que ses enfans sont là.

Puis, s'approchant à pas lent et mal assuré il vint à la rencontre de la nourrice et des deux petits. Son sourire passa lorsqu'il remarqua presque immédiatement les larmes de la petite. Il faillit le faire remarquer à la vieill e sans ménagement ni autre préambule mais se ravisa.


- Dites donc Brivael, Cette petite est trempée. Elle a de l'eau jusque sur la figure.

Il sortit un mouchoir blanc de sa poche et, se mettant accroupi au niveau de la petite, le lui tendit, un sourire bienveillant mais mal assuré sur le visage.

- Tiens mademoiselle. Pour sécher cette eau sur ton visage.
_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:24 (2017)    Sujet du message: [Rp] – Une rencontre : Première partie/ l’Arrivée

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    chateau de kergroadès Index du Forum -> chateau de kergroadès -> Entrée du château Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com